MALADIES OCULAIRES

Environ 253 millions de personnes présentent une déficience visuelle dans le monde. En France, environ 60 % de patients ne suivent pas correctement leurs prescriptions.

Qu’est-ce qu’une maladie Oculaire ?

L’oeil représente un organe sensoriel clé de notre corps, pour voir et communiquer avec notre environnement extérieur. Il nécessite un suivi médical tout au long de la vie, et plus particulièrement après 50 ans ou en cas d’antécédents familiaux, moment où on voit le plus souvent apparaître ce qu’on nomme le plus communément la maladie des yeux ou encore la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Une visite médicale de contrôle auprès d’un ophtalmologiste, au moins tous les deux ans, permet de suivre l’évolution de la vue. Selon les estimations récentes, il y a environ 253 millions de personnes présentent une déficience visuelle dans le monde.

217 millions d’entre elles présentent une déficience visuelle modérée à sévère. En France, on estime à 1,2 million le nombre de malvoyants profonds (vision résiduelle limitée à la distinction des silhouettes) et moyens (incapacité à reconnaître un visage à 4 mètres, incapacité à lire et écrire).
La maladie de l’oeil peut être due à des problèmes oculaires présents dès la naissance, elles seront considérées comme des maladies oculaires héréditaires. D’autres pathologies de l’oeil qui affectent le globe oculaire comme l’oeil sec ou la rétinopathie diabétique, sont différentes maladies de l’oeil qui apparaissent plus tard dans la vie. Elles sont souvent diagnostiquées en rapport à des infections ou à des facteurs environnementaux.

En effet, qu’elles soient d’origine embryonnaire, génétique, métabolique, parasitaire, tumorale ou liée à l’âge, toutes les pathologies de l’oeil ne l’affectent pas de la même façon, et leurs conséquences sur l’autonomie des personnes qui en souffrent peuvent être diamétralement opposées. Grace à un dépistage précoce, plus de 80% de l’ensemble de ces déficiences visuelles peuvent être prévenues ou guéries. Des interventions efficaces sont disponibles pour prévenir et traiter les maladies oculaires.

Celle-ci est idéale lorsque le patient chronique suit sa thérapeutique et la respecte à 80, voire 90 %. Toutefois, ce taux idéal est rarement atteint. C’est pour cela qu’on parle plus souvent de l’inobservance ou de la non observance thérapeutique de la maladie chronique.

Pour en savoir plus sur le dispositif de suivi thérapeutique, contactez nous.

En France, environ 60 % de patients ne suivent pas correctement leurs prescriptions. Ce chiffre est plus ou moins élevé selon les pathologies. Éliminer ou substituer un médicament par un autre peut engendrer la confusion, en particulier chez les moins jeunes. La solution CureCall, centrée sur le patient, sur sa pathologie et ses besoins, prend en compte toutes les difficultés du parcours de soin du patient.

Elle joue efficacement le rôle d’intermédiaire entre le malade, son suivi médical et son médecin. Pour chaque protocole de suivi et pathologie, CureCall propose à vos patients qui le souhaitent des recommandations de comportements et d’hygiène de vie scientifiquement validées en lien avec leur pathologie pour les aider à mieux gérer les évolutions possibles de leur santé et bien être (sommeil, activité, stress, environnement, alimentation…).

Focus sur les catégories de maladies oculaires existantes :

Les maladies oculaires sont très nombreuses et peuvent toucher n’importe qui.Certaines affections altèrent le champ visuel périphérique, impactant la perception de l’environnement mais laissant intacte la capacité à regarder. D’autres, au contraire,affectent le champ visuel central, mais ont peu de répercussions délétères sur le champ visuel périphérique. D’autres encore dégradent l’ensemble du champ visuel.Enfin, certaines, heureusement rares, entraînent une cécité totale avec absence de toute perception lumineuse.

En fonction de la maladie et donc du type d’atteinte, les conséquences sur l’autonomie et la qualité de vie de la personne affectée seront très différentes.Certaines affections oculaires, comme la conjonctivite, sont contagieuses et peuvent facilement être soignées. D’autres, comme la myopie, l’astigmatisme ou l’hypermétropie, sont des troubles de la vision pouvant être corrigés grâce au port de lunettes de vue ou de lentilles de contact. Enfin, d’autres pathologies oculaires sont liées à l’âge comme le glaucome, la cataracte, ou la dégénérescence maculaire (DMLAet sont classées dans la catégorie« maladie chronique des yeux ».

Comment faire face à une maladie oculaire ?

La maladie oculaire chronique confronte les patients à une surveillance quotidienne de leur état de santé, à la nécessité de faire face aux crises, de prendre régulièrement des traitements et savoir prendre des initiatives, de s’adapter en permanence à la situation et à l’évolution de la maladie, de trouver un équilibre, d’associer les proches, à cette gestion quotidienne.

La gestion quotidienne d’une maladie oculaire chronique demande au patient des changements ou des adaptations importantes qui peuvent être difficiles à mettre en oeuvre sans acquisition de compétences. Une éducation thérapeutique du patient(ETP permet aux patients d’acquérir et de mobiliser fréquemment des compétences d’auto-soins et d’adaptation, de les renforcer et de les maintenir dans le temps.

Comment améliorer le suivi des malades affectés par une maladie oculaire ?

La prise en charge thérapeutique des patients souffrant de déficience visuelle peut être grandement améliorée par certains dispositifs d’information, d’alerte et de conseil en ligne. Il faut accompagner le patient pour le faire adhérer à une certaine compliance.

La plateforme Curecall s’inscrit dans cette réalité et simplifie le processus de suivi thérapeutique et d’accompagnement des patients, avec une nouvelle solution qui,renforce le lien médecin-patient, le soulage pour améliorer la qualité et l’observance thérapeutique de tout traitement.
Ils parlent de nous